Toit Monde Production

Valérie PIOLAT

Expérience professionnelle du théâtre au Lycée H. Wallon

1996—1997 Création d’un Atelier-théâtre au lycée H. Wallon en Partenariat avec le Théâtre de la Commune ; intervenant : Arnaud POUJOL
1997—1998 Second atelier en Partenariat avec la Commune
2006—2007 Classe APAC théâtre. Spectacle : extraits de la Cantatrice Chauve.
2007—2008 Classe APAC cofinancée par le Rectorat et le Conseil Régional.
2008—2010 Atelier-théâtre avec Thomas MATALOU puis Catherine FOURTY. Partenariat avec le Théâtre de l’Odéon. Préparation de l’option facultative théâtre.
Cofinancement Théâtre, DRAC, Rectorat et Conseil Régional.
2010—2011 Atelier-théâtre et préparation de l’option. Intervenant : Luc SAINT-ÉLOY.
Master-class avec : Pierre-Alain CHAPOUIS au Théâtre de la Tempête ; Sandra FAURE et Pascal VUILLEMOT au Théâtre de la Ville.
Spectacle monté : larges extraits de Rhinocéros.
2011—2012 Atelier et option. Intervenants : Bettina KÜHLKE et Hugues DANGRÉAUX.
Spectacle prévu : montage croisé de L’Ours et La Demande en mariage.

Colloque et publication sur la pratique du théâtre en lycée

2011 Conférence du CIEN (Champ Freudien) autour de ma pratique du théâtre.
Publication des actes de la soirée.

Pérennisation de l’atelier de pratique théâtrale et de l’option facultative au lycée

Dès 1996, à la demande d’élèves de Première L passionnées de théâtre, j’avais mis en place en partenariat avec le Théâtre de la Commune un atelier de théâtre qui avait abouti à une présentation : un montage d’extraits des Phèdre de Sénèque et de Racine. Les élèves de l’atelier, inscrites à l’option facultative théâtre y ont obtenu d’excellents résultats. Enthousiasmée par cette première expérience heureuse de collaboration avec des élèves et un artiste exceptionnels, je l’ai renouvelée l’année suivante. Mais ce second partenariat avec la Commune fut un échec : impossible de mener les élèves jusqu’au spectacle ni même de leur transmettre le plaisir du jeu de scène. J’ai tiré trois enseignements de cette impasse : tout d’abord qu’il est difficile de convaincre des élèves peu scolaires de la discipline et de la régularité que requiert le théâtre ; ensuite que pour certains comédiens, transmettre leur art, communiquer avec les élèves, tenir compte des exigences scolaires ne va pas de soi (d’où la nécessité de rencontrer l’intervenant avant la mise en place de l’atelier) ; enfin qu’en tant qu’enseignante, il me fallait définir ma place, assurer la médiation entre le processus créatif et les exigences scolaires, en particulier celles de l’option théâtre et de ses objectifs théoriques.

Seconde étape : de 2006 à 2008 deux expériences de classes APAC. Outre qu’elle implique dans un processus créatif toute une classe, cette formule m’a permis d’articuler l’étude d’une pièce en cours et son interprétation scénique. La première année fut concluante : 20 élèves, très investis, ont participé à la présentation de la Cantatrice Chauve ; certains ont continué la pratique du théâtre les années suivantes. En revanche, la seconde année, l’intervenant et moi nous sommes heurtés à un obstacle insurmontable : l’inertie d’une majorité d’élèves qui, n’ayant pas choisi de pratiquer le théâtre refusaient tout effort.

Troisième étape : depuis 2008, reprise et pérennisation de l’atelier de pratique théâtrale qui accueille chaque année une quinzaine d’élèves. Tout en préservant un temps pour les exercices et jeux de scène, nous nous orientons progressivement vers la perspective de présenter un spectacle abouti en juin. Parallèlement, je prépare les candidats de Terminale à l’option facultative où ils obtiennent presque tous d’excellents résultats (entre 14 et 19/20 en 2011). Dans ce cadre stable, je m’efforce de proposer aux élèves des approches diversifiées du théâtre : par le choix de l’œuvre montée, par celui de l’intervenant et par la variété des spectacles vus (5 par an).

· Mentions légales · Nous contacter · Conditions d’utilisation · partenaires · Plan du site